AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Nouvelle mise à jour : Les Enfers -- Tuto et Infos bâtiments à compléter avec votre aide

Partagez | 
 

 Chapitre 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Roger
Invité



MessageSujet: Chapitre 5   Sam 11 Sep 2010 - 14:32

Chapitre 5 : Celui où l'on se rebelle

Deux jours après l'incident du vote, les choses commençaient à évoluer dans la guilde. Dans l'urgence et la gravité de la situation, la guerre prévue pour le week-end avait été annulée et l'ogresse boudait dans sa chambre. Neith avait pourtant avoué son méfait sur le champ. Rosalind, en jetant son bout de viande cuite à terre, rouge de colère et les yeux encore boursouflés de larmes, l'avait pointé du doigt. "Toi ! Toi ! Toi ! OOH OUI TOI ! Tu vas comprendre ton erreur ma petite !" lui avait-elle dit en serrant les dents. La démone fut ensuite dépouillée de son équipement magique, de tout son or (environ 428 pièces d'or selon les gobelines, 750 selon la magicienne) et fut jetée manu-militari au cachot dans le sous-sol du manoir.

On apprit, la même journée, que Rosalind avait retrouvé dans ses quartiers un gros paquet cadeau noir fermé par un noeud à ruban jaune pissenlit avec une petite carte sur laquelle était inscrite en lettres de feu : "J'espère que ce pain-là te plaîra.", signé "N.". A l'intérieur elle avait eu la surprise de découvrir une grosse miche de pain vidé de sa mie et au milieu le petit Louis-Jean grignotant un os avec appétit. Il grogna lorsqu'elle le prit dans ses grosses mains boutonneuses en pleurant. Une des gobelines présentes lors du "drame" avoua que le Louis-Jean, celui de l'urne, avait un arrière-goût étrange de rat (en niant ensuite en avoir mangé un bout). La blague de Neith ne plut pas du tout à l'ogresse et celle-ci lui rallongea sa peine de 2 semaines, soit 5 semaines de cachot au total.

Finalement le vote ne fut pas pour autant annulé. Sans même compter les bulletins, Rosalind décréta que le résultat avait été unanimement la réponse B. Cela provoqua un tollé sans précédent dans les rangs de la guilde. Sax prit son courage à deux mains pour aller parler à sa supérieure suprême. Elle plaida la cause de la démone et remit en question le dépouillement. Pour ces deux raisons, elle se retrouva elle aussi en cellule, juste à côté de sa nouvelle amie magicienne.

* * *

Demetra descendit à pas feutrés les marches humides menant au sous-sol du manoir de Rosalind et pénétra dans le couloir abritant les portes à barreaux des cellules de la guilde. Sax et Neith dormaient chacune dans leur cage, toutes deux à même le sol, sur une fine paillasse, une gamelle sale jetée dans un coin.

"- Pssst !! Pssssst !! Sax, réveille-toi !! chuchota l'elfe.
- Qu'est-ce que... DEMETRA !! dit à voix haute la jeune archère en se réveillant en sursaut.
- Chuuut ! Pas si fort ! Je ne suis pas censée être là jeune fille ! On m'a dit ce qu'il s'était passé avec le chien. Tu vas bien ?
- Ca pourrait aller mieux mais au moins ici on n'entend pas l'autre hystérique hurler à longueur de temps. Je survivrai. Mais toi ? T'étais passée où ? demanda Sax à voix basse.
- J'en ai eu assez pour ainsi dire. Je voulais voir jusqu'où pouvait aller Rosalind. Visiblement mon absence au vote n'a rien changé alors que les lois de la guilde imposent le vote de tout le monde. Elle est clairement hors-limites. C'est ce que je voulais prouver en partant vendredi dernier. On peut la faire tomber, Sax ! triompha la tutrice.
- Mais... elle dira que tu mens... elle trouvera forcément un truc ! objecta l'élève.
- Pour ça... tu peux être sûre qu'une bonne vingtaine de personnes en ville m'ont bien vue au moment du vote en train de faire des emplettes et créer un scandale sur le prix du poisson en jetant la moitié d'une cagette de harengs dans la fontaine de la Grand Place ! s'exclaffa-t-elle. Ils viendront témoigner si ça peut leur permettre de se débarrasser d'un ogre dans le coin. Ça fait mauvais genre pour le tourisme !
- C'est génial ! Mais il y a ça... Sax s'assombrit en secouant mollement les barreaux de sa cellule. Et puis je ne fais pas confiance aux humains en général, encore moins quand ce sont des paysans en colère contre une elfe.
- T'en fais pas. confia Demetra. Je m'occupe de tout !"

Une semaine plus tard, la capitaine des archères obtint une audience publique auprès de la cheftaine. Toutes les S'pèces de Girls étaient rassemblées. Sauf Neith qui était toujours enfermée. Sax, quant à elle, hasard du calendrier ou calcul malin de Demetra, venait juste d'être libérée et se trouvait aux côtés de son amie. Elles étaient toutes deux en avant du reste des membres, au milieu de la cour. Rosalind, sur sa chaise en osier portée par les quatre mêmes gobelines, écoutait leur requête avec dédain. Louis-Jean, une lourde chaîne autour du cou reliée à un fer verrouillé au poignet droit de sa maîtresse, rongeait un petit os de poulet à terre et le secouait en grognant.

"- Madame, j'ai bien étudié les tables de lois de la guilde que vous avez fondé avec votre mère il y a plus de 10 ans et il s'avère que beaucoup de choses m'ont choquées. annonça Demetra.
- Et quoi donc... ma petite ? défia Rosalind en se penchant en avant tout en se caressant le menton.
- Hé bien, déjà, vous ne devriez pas être à cette place. Il n'y a aucune loi qui vous a autorisé à prendre la succession de feue votre mère lors de son décès. Pire, vous n'étiez même pas des nôtres lorsque cela est arrivé. Quelqu'un d'autre dans cette assistance aurait du être élu. Mais personne ne le savait puisqu'à l'époque vous gardiez les tables de loi dans le coffre de votre chambre."

Un brouhaha secoua mollement le public.

"- Oui et bien ? rétorqua la S'pèce de Girl en chef. Aucune loi ne dit le contraire non plus. Personne ne s'y est opposé à l'époque et je crois que ça arrangeait tout le monde.
- Vous la première... murmura Sax.
- Très bien, ensuite je me demande comment le vote lors de... l'incident a-t-il pu être validé. reprit Demetra en fixant le chien. Je n'étais pas là et ces deux hommes derrière moi peuvent en témoigner. Or tout vote non approuvé par l'intégralité des membres est automatiquement annulé."

Les autres membres commencèrent à discuter entre elles bruyamment.

"- C'est faux ! Il y avait bien tous les bulletins dans l'urne. Mes servantes les ont bien comptés.
- Mais quelle mauvaise foi ! ponctua Sax. C'est moi qui suis venue vous dire que le dépouillement n'avait pas eu lieu ! Vous étiez tellement bouleversée que vous avez tout laissé en plan !
- QUI T'AUTORISE A PRENDRE LA PAROLE GAMINE ? Ces quelques jours au cachot ne t'ont pas semblé suffisant ? s'étrangla Rosalind.
- Madame, la menace ne changera rien, tout le monde ici sait que vous avez imposé votre volonté sans en avoir le droit. Ce n'est pas la première fois mais aujourd'hui, publiquement, je vous demande de renoncer à la direction de la Guilde et de vous soumettre à un nouveau vote et à une nouvelle rédaction des lois. Les S'pèces de Girls méritent mieux que ce qu'elles ont actuellement. Tout le monde travaille dur pour élever la guilde, notre guilde, au sommet des ordres guerriers de ce pays ! clama Demetra, haut et fort. Mes soeurs ! Pour une fois, montrez votre mécontentement et affirmez vos opinions. Rejoignez moi ! Destituons Rosalind et remettons-nous sur le droit chemin ! Réécrivons notre histoire politique comme nous aimerions la raconter fièrement à nos descendants ! Toutes avec moi !"

Un vent de panique souffla sur l'assistance. Rosalind soufflait des naseaux comme un taureau chargeant dans une arène en jetant un regard sombre sur ses subordonnées. Les discussions reprirent de plus belle pour se transformer en véritable cacophonie de cris, de larmes, de hurlements, de slogans démocratiques ou pro-rosalindiens.

Demetra criait de plus belle : "Mes soeurs ! Mes soeurs ! Ecoutez moi !". En vain. La plupart était terrorisée à l'idée même d'alimenter la colère de l'ogresse et les autres pas suffisamment courageuses pour s'affirmer contre la masse. Sacrifier Demetra sur l'autel de l'insurrection était ce qu'il y avait de plus simple à faire.

"C'est pathétique" se disait Sax alors que personne ne répondait à l'appel de la capitaine des archères. Même ses élèves n'osaient prendre parti.

"- C'est tout ? reprit Rosalind. Tu as fini ton petit cirque ? Tu vois bien que personne n'est d'accord avec toi. Je ne saurais tolérer un tel outrage fait à ma guilde. Tu seras punie en conséquence.
- Quoi ? s'insurgea Sax. Elle se retourna vers le public en hurlant. Vous entendez ? Demetra va finir au cachot pour avoir voulu vous offrir une vie meilleure ! Et vous, vous n'êtes même pas capables de comprendre qu'elle a raison ! Vous n'êtes qu'une bande de larves ! Vous méritez tout ce qui vous arrive, pas moi. Alors je m'en vais ! Et toi, vieille peau, cracha-t-elle au visage de Rosalind, va pourrir en enfer !"

Choquée de ces paroles Rosalind resta bouche bée en regardant l'elfe regagner ses quartiers. Demetra couru pour rattraper son élève.

"- Attends-moi ! Si tu pars, je m'en vais aussi." dit-elle. Sax s'arrêta net.
- Sérieusement ? demanda-t-elle.
- Oui... Je ne vais pas me laisser dépouiller et subir le cachot pour avoir la conviction que la guilde mérite mieux ! Personne n'a bougé malgré mes preuves, elles ont trop peur. Moi, je ne supporterai pas toute cette lâcheté plus longtemps ! Et puis on fait une bonne équipe toutes les deux, non ?

Sax sourit, pensive.
- Alors... reprit-elle. On n'a qu'à bâtir notre chez-nous ! On se tire d'ici et on construit quelque chose de mieux ailleurs. Quelque chose de plus grand, de mieux équipé, de plus respectable, de...
- De plus juste ? coupa son professeur, les yeux brillants."

Sax acquiesça vivement. Les deux amies continuèrent à marcher d'un pas vif jusqu'à leur couche. Quelques minutes plus tard, elles se retrouvèrent au rez-de-chaussée du manoir, chacune avec un sac à dos et leur baluchon sur les épaules.

"- On n'oublie rien ? demanda Demetra. C'est un aller sans retour cette fois.
- Si ! On oublie quelqu'un !" s'agita l'elfette en courant au sous-sol.

Neith était assise dans sa cellule, l'index pointé sur le sol avec une longue flamme bleue jaillissant de l'ongle, occupée à faire fondre des petits cailloux pour en liquéfier les cristaux. Sax déboula dans le couloir et frappa les barreaux du plat des mains. "Hé ! Demetra et moi, on s'en va. Loin. On va fonder une guilde à nous. T'es des nôtres ?". Neith se releva, silencieuse, et fit signe à son interlocutrice de s'écarter. Elle prit une profonde inspiration en agrippant les barreaux de la porte à pleine main et désolidarisa le métal de la pierre avec force et fracas. Un gros nuage de poussière envahit le couloir lorsque la porte, tordue et arrachée, tomba sur le sol. La poussière s'écarta de Neith au moment où celle-ci rejoignit l'entrée principale. "Ok, on y va !" dit-elle en souriant.

Les trois anciennes membres des S'pèces de Girls traversèrent la cour de la guilde en ne jetant aucun regard sur leurs anciennes camarades et encore moins sur Rosalind. Le public était désorganisé. Les murmures se mêlaient au brouhaha ambiant. On pouvait deviner des exclamations de surprises, de déception, de colère, d'empathie mais on retint surtout la dernière phrase que Rosalind leur adressa en serrant les dents : "Partez ! Et ne revenez plus jamais ! Vous regretterez de vous être moqué de moi !"

La démone et les deux elfes franchirent avec fierté les portes de l'enceinte de la guilde et suivirent le sentier menant au bosquet s'en trop savoir où elles allaient, certainement pour s'enfoncer un peu plus dans la forêt derrière le lac. Elles sentaient qu'une page de leur vie se tournait définitivement.

Un vent de fraîcheur caressait leurs visages. Sax et Demetra se souriaient comme deux soeurs qui ne s'étaient pas revues depuis des années et Neith humait le doux parfum de l'herbe et des feuillages. Elle chantonna : "There's a place I know where we should go" que Demetra ponctua au bout de quelques secondes d'un "Hey dihey dihoh !" en riant.

Neith reprit : "Won't you take me there your lady fair.
- Hey dihey dihoh !" chanta Sax.
"- There's a brook near-by the grass grows high.
- Hey dihey dihoh !" continua Demetra.
"- Where we both can hide side by side, heydiheydihoh. conclua Neith".

Elles éclatèrent de rire toutes les trois en reprenant leur marche. Le futur à portée de leurs doigts, au sein d'une nouvelle guilde grande et fière.

La Guilde des Enfants du Chaos.


FIN


Dernière édition par Roger le Banni le Jeu 23 Sep 2010 - 12:49, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre 5
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Composition du Chapitre
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest : Chapitre 2
» Lion El'Jonson:Primarque des Dark Angels 1 Légion/Chapitre
» Maitre de chapitre Archangels
» Chapitre SM perso: mes "Doom Dragons"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les enfants du chaos :: VIE DE LA GUILDE :: Présentation guildesque :: Naissance de la guilde-
Sauter vers: